Facebook Twitter Courriel

Directrice de la Tate Britain depuis 2010, elle est une spécialiste reconnue de la sculpture européenne du XXe siècle, sur laquelle elle a écrit de nombreux ouvrages. Après une formation en histoire de l’art à Oxford et au Courtauld, elle entre à la Tate Liverpool où elle
organise la première rétrospective de Barbara Hepworth. À la tête de l’Institut Henry Moore depuis 1999, elle y développe un programme de recherche et d’expositions très remarqué sur la sculpture ancienne et contemporaine. Dans le cadre de ses fonctions, elle dirige le jury du Turner Prize.

Avant de prendre la direction de la programmation et des projets artistiques de la Fondation Cartier en 2011, Isabelle Gaudefroy était programmatrice des Soirées
Nomades de la Fondation, qui accompagnent depuis 1995 le festival du Printemps
de Septembre. Elle en a assuré la programmation depuis 2000. Isabelle Gaudefroy a été directrice artistique associée du festival en 2010.

Directrice de la Fondation 11 Robert Rauschenberg depuis août 2010, elle est réputée pour sa gestion dynamique et inventive de projets culturels. Après un passage au Museum Campus de Chicago, elle est recrutée par le National Trust for Historic Preservation pour ouvrir au public la Maison de verre de l’architecte Philip Johnson dans le Connecticut. Elle en fait un lieu de référence pour l’étude et la préservation de sites modernistes. À la Fondation Rauschenberg, elle met en place la stratégie et les programmes liés à l’héritage de l’artiste et à son activité philanthropique.

Il dirige depuis mars 2012 les Abattoirs, musée d’art contemporain de Toulouse. Il est également à la tête du Fonds régional d’art contemporain de la régionMidi-Pyrénées. Conservateur du patrimoine depuis 2006, il a dirigé le Musée départemental d’art contemporain de Rochechouart où il a organisé de nombreuses expositions.

Directeur du PinchukArt Centre depuis 2008, il dirige la programmation et les acquisitions de cette fondation créée par le collectionneur et mécène ukrainien Victor Pinchuk. Après avoir dirigé plusieurs institutions en Allemagne, Eckhard Schneider s’est vu confier en 2000 le Kunsthaus de Bregenz (KUB) en Autriche. Utilisant l’architecture minimaliste et lumineuse de Peter Zumthor comme source d’inspiration pour les artistes, il a fait du KUB un lieu de référence international pour l’art contemporain.

Directeur de la prestigieuse Dia Art Foundation à New York depuis 2008, il est l’un
des rares conservateurs français à faire carrière dans les institutions américaines. Après un début comme directeur du Musée d’art contemporain de Marseille (MAC), et hormis un bref intermède à la tête de la Fondation Pinault pour diriger le projet de l’Île
Seguin en 2005, il a passé onze ans au Walker Art Center de Minneapolis comme directeur des arts visuels puis directeur adjoint.